Cambriolés pour la troisième fois en moins d’un an

Nos armes sont les mots

Liberté-Hebdo ne se taira pas !

on lache rienDe la colère, de l’incompréhension. De la surprise aussi ce jeudi matin, jour du bouclage du journal, en découvrant les locaux de Liberté-Hebdo, une nouvelle fois visités. Mais de découragement point ! Au contraire, plus que jamais, chacun est conforté ici pour continuer le difficile métier d’informer. Plus que jamais, nous sommes persuadés de la nécessité de faire vivre votre journal. Nos armes à nous, ce sont les mots. Notre combat est celui de la justice sociale. Liberté-Hebdo ne se taira pas.

Ce matin, avec courage et bonne humeur, de l’administration à la rédaction ou à la maquette, tout le monde s’est mis à l’ouvrage. C’est au milieu des câbles arrachés que le travail a repris. Notre imprimeur nous a accordé un délai de 24 heures pour permettre de produire le journal que vous avez dans les mains. Car cette fois-ci encore ce sont les ordinateurs de la rédaction qui ont été volés. Avec leurs contenus. Des archives, des coordonnées précieuses, les textes de ce numéro…

Trois cambriolages et toujours pas l’ombre d’une piste.

Plus que jamais, nous savons combien notre avenir est fragile. Un incident comme celui-ci peut coûter la vie à notre journal, privant d’emploi ceux qui y travaillent. Et surtout faire taire une voix qui résonne dans les conseils d’administration du CAC 40 et les salons des ministères pour faire entendre celles et ceux qui luttent au quotidien contre l’injustice, défendent leur pouvoir d’achat ou veulent changer la société. Issu de la résistance, Liberté-Hebdo ne se laissera pas abattre. Les auteurs de ce cambriolage ont ils seulement conscience des conséquences de leurs actes ? S’imaginent-ils que nous sommes riches ? Outre le manque de respect pour ce que notre titre représente pour beaucoup de monde, il y a plus sûrement une méconnaissance des épreuves que nous traversons. Le contraire n’en serait que plus terrible. Cet énième cambriolage vient en effet ajouter des difficultés à celles que nous rencontrons déjà.

Abonnez-vous.

Parmi les nombreux coups de fil reçus ce matin, une question revient sans cesse : « Comment vous aider? » Nous acceptons toutes les aides et les manifestations de bonne volonté sont les bienvenues mais la priorité est la diffusion du journal : abonnez-vous si ce n’est pas fait. Abonnez vos amis, vos collègues, vos voisins. Car elle est là la vraie réponse à apporter à ceux qui, volontairement ou pas, veulent nous faire mettre la clé sous la porte. Plus le nombre de lecteurs grandira, meilleure sera la santé de Liberté-Hebdo et plus fortes seront les idées que nous défendons.

Encore une fois, nous sommes contraints de faire appel à la solidarité de nos lecteurs et amis. Nous savons que nous pouvons compter sur votre soutien.

Franck Jakubek, directeur de Liberté-Hebdo.

liberté mort

Publicités

Publié le 21 avril 2014, dans Les Actus de Liberté, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :